Thursday, July 06, 2006

Quand l'amour est mort...

Il m'a répété tout en versant des larmes : " Je t'aime encore...je ne peux concevoir le fait de ne plus te voir...ça ne m'étais jamais arrivé auparavant..je n'ai jamais aimé personne autant que toi..." J'aurais dû être émue, tant pour ses paroles que pour le spectacle de ses yeux humides et rougis, ou alors tout du moins éprouver quelque pitié... Mais non, rien de tout cela, je trouvais son attitude passablement méprisable, il se comportait comme un ver se traînant, suppliant, à mes pieds. Je restai froide, distante, le regardant renifler, le visage larmoyant, avec dédain, presque dégoûtée par tout ce cinéma puéril Je le laissai se calmer, méprisant les regards intrigués des étudiants qui passaient dans le couloir; puis je m'en allai. Et dire que je me délectais presque de ses larmes. Me trouvez-vous méchante? Je lui ai déjà brisé le coeur...que puis-je faire d'autre encore afin qu'il cesse de m'aimer? *Qu'est-ce que tu veux darling...quand l'amour est mort...* Tu ne liras sans doute jamais ce post, mais cela vaut sans doute mieux, peut-être est-ce une preuve de ma lâcheté? Who knows? I'm confused...

1 Comments:

Blogger Jaef said...

C'est une raison de ma soirée de mysantropie ^^ le sentiment d'amour est trop relatif pour moi, je suppose qu'il ne comprend pas, ou qu'il ne veut pas comprendre. Quand on vit de si bon moment comment peut t'on se dire que l'autre a oublié, après on psychote, on se dit que l'autre n'a pas oublié mais que ça ne lui a pas plu mais quand cet autre dit qu'il n'a pas oublié et que ses sentiments etaient sincère tu retombe dans une période de questionnement qui est un inlassable "Pourquoi?"...

1:22 am  

Post a Comment

<< Home